Trouvez un centre près de chez vous ... TROUVEZ DE L'AIDE

Tout ne va pas bien: les dirigeants du secteur demandent que la stratégie sur les temps d'attente en santé mentale et en toxicomanie figure dans le prochain budget de l'Ontario

0 commentaires

Les dirigeants de la santé mentale de la province demandent au gouvernement de veiller à ce qu'un plan de santé mentale et de lutte contre la toxicomanie fasse partie du plan de rétablissement du COVID-19 du gouvernement 

Toronto, ON, Le 22 mars 2021: Sept de Ontario les principales organisations du secteur de la santé mentale et de la toxicomanie disent un financement accru et une stratégie de réduction des temps d'attente à long terme pour répondre au besoin urgent et croissant de services de santé mentale et de toxicomanie doivent être une priorité dans le Mars 24 budget provincial.

Les Ontariennes et Ontariens attendent des mois, voire des années, les services de santé mentale et de toxicomanie dont ils ont besoin, et la situation n'a fait qu'empirer depuis le début de la pandémie. Avant la pandémie, 28,000 2.9 enfants et jeunes étaient sur des listes d'attente pour des soins de santé mentale. Le temps d'attente moyen pour les personnes en attente d'un logement avec services de soutien est de 2,100 ans. L'année dernière, plus de XNUMX personnes Ontario est décédé d'une surdose d'opioïdes, soit une augmentation de 60% des décès depuis 2019. A nouveau sondage montre qu'un tiers des Ontariennes et Ontariens ont de la difficulté à accéder aux services dont ils ont besoin. Près de huit Ontariennes et Ontariens sur dix croient que la province sera confrontée à une grave crise de santé mentale postpandémique.

Ontario les leaders en santé mentale et en toxicomanie demandent que le budget comprenne un plan décennal pour investir stratégiquement les 3.8 milliard de dollars guidé par des experts pour éviter des investissements fragmentés dans le secteur.

Pour attirer l'attention sur le problème, sept organisations représentant tout l'éventail des soins de santé mentale et de toxicomanie ont lancé la campagne Tout n'est pas OK la semaine dernière. Ce groupe parle d'expérience car il dessert plus d'un million d'Ontariens, des soins communautaires aux soins hospitaliers. 

Plus de 6,000 personnes ont déjà signé une pétition en ligne appelant à des investissements à long terme, ciblés et durables dans Ontario système de santé mentale et de toxicomanie pour offrir:

  1. Des soins cohérents.  Parce que peu importe si vous êtes dans le nord Ontario, rural Ontario ou au centre-ville Toronto, tous les Ontariennes et Ontariens devraient bénéficier des mêmes soins de haute qualité.
  2. Des soins plus rapides. Parce que les gens attendent trop longtemps pour obtenir le soutien et les traitements dont ils ont besoin.
  3. Un meilleur accès aux soins.  Parce que le système est trop compliqué, et que les Ontariens et Ontariennes ne savent pas vers qui se tourner pour obtenir des services de santé mentale ou de traitement de la toxicomanie/dépendance.
  4. Des soins transparents.  Parce que les Ontariens et Ontariennes ne savent pas combien de temps ils devront patienter, ni ce qu’ils peuvent attendre de leurs soins.

La campagne comprend également des actions spécifiques que les sept organisations elles-mêmes sont prêtes à entreprendre en tant que partenaires pour améliorer les soins aux personnes qui en ont le plus besoin. Tous les partenaires sont prêts à travailler avec le gouvernement sur ce plan pluriannuel et sa mise en œuvre.

Pour comprendre pourquoi <em>ça ne va pas</em>, visitez le site www.tout n'estpasok.ca.

Devis

«Le nombre de personnes qui meurent chaque jour en Ontario à la suite de surdoses liées aux opioïdes est absolument dévastatrice. Nous savons ce dont nous avons besoin: une stratégie sur les temps d'attente entièrement financée qui permettra à tous les Ontariens et Ontariennes d'accéder à des soins de toxicomanie et de santé mentale de grande qualité et uniformes, quel que soit le stade de leur consommation de substances et peu importe où ils vivent dans la province. " - Adrienne Spafford, Chef de la direction, Dépendance et Santé mentale Ontario

«Le COVID-19 a eu et continuera d'avoir des effets à vie sur de nombreux Ontariennes et Ontariens. Aujourd'hui, des milliers de personnes sont aux prises avec un chagrin et une perte graves dus à la pandémie. Bon nombre de ces personnes sont des travailleurs et des travailleurs de la santé essentiels qui ont travaillé tout au long de la pandémie pour nous garder tous en sécurité et en bonne santé. Nous devons nous assurer qu’un soutien est là pour eux quand ils en ont besoin. » - Camille Quenneville, PDG, Association canadienne pour la santé mentale Ontario

«Le prochain budget est une opportunité pour le Ontario le gouvernement à respecter son engagement de transformer le système de santé mentale. Nous sommes prêts à créer un système de soins complet et connecté pour Ontario citoyens. Il est temps d'agir." - Dr. Catherine Zahn, Président et chef de la direction, Centre de toxicomanie et de santé mentale

«Alors que la province entre dans la troisième vague de la pandémie et qu’aucun vaccin n’est encore disponible pour les enfants, nous devons travailler ensemble pour protéger Ontario les enfants de la détérioration encore plus grande de leur santé mentale et de leur bien-être. Le meilleur résultat possible pour les familles, maintenant et à l'avenir, est de prioriser et d'investir dans la fourniture de services de santé mentale et de toxicomanie plus rapides aux Ontario les enfants et les jeunes - en particulier pour les personnes atteintes de la maladie la plus grave qui font face aux plus longs délais d'attente. -Kimberley Moran, Chef de la direction, Santé mentale pour enfants Ontario

«Il est essentiel que le budget de l'Ontario 2021 comprenne des investissements ciblés qui se traduiront par la prestation de soins de haute qualité et réduiront les temps d'attente. Nous sommes prêts à travailler avec les dirigeants gouvernementaux et les partenaires du système pour veiller à ce que les Ontariennes et Ontariens en difficulté puissent accéder aux soins dont ils ont besoin. - Karim Mamdani, Président et chef de la direction, Centre des sciences de la santé mentale Ontario Shores

«Il y avait une crise de santé mentale et de toxicomanie avant le COVID-19, mais la pandémie l'a aggravée. En tant que province, nous ne pourrons pas nous remettre du COVID-19 sans d'abord soutenir la santé mentale et le bien-être des Ontariens. Sans plan pour faire face à cette crise, il n'y a pas de reprise. » - Joanne Bezzubetz, PDG et président, The Royal

«Nous sommes tous profondément préoccupés par les effets de la pandémie et savons que les enfants, les membres de notre famille, nos aînés et nos amis sont en difficulté. En même temps, nous avons vu le résultat de travailler ensemble pour surmonter les défis majeurs, démontrant l'importance d'agir maintenant, ensemble, pour garantir que tous les âges aient accès aux services de santé mentale et de toxicomanie dont ils ont besoin aujourd'hui et pour l'avenir. -Carol Lambie, Président et chef de la direction, Waypoint Centre for Mental Health Care

À PROPOS DE TOUT N'EST PAS OK 

Everything Is Not OK est une campagne lancée par Ontario des organisations de premier plan dans le domaine de la santé mentale et de la toxicomanie qui soutiennent collectivement plus d'un million d'enfants, de jeunes et d'adultes avec leurs problèmes de santé mentale ou de toxicomanie chaque année. Le groupe comprend: Addictions and Mental Health Ontario (AMHO), Children's Mental Health Ontario (CMHO), Ontario Shores Centre for Mental Health Sciences (Ontario Shores), Waypoint Centre for Mental Health Care, The Royal, Centre for Addiction and Mental Health ( CAMH) et l'Association canadienne pour la santé mentale - Ontario (ACSM).

Pour plus d'informations, visitez le site www.tout n'estpasok.ca

Références:
Santé mentale pour enfants Ontario (SMHO), 2020 Report on Wait Lists and Wait Times for Child and Youth Mental Health Care.

Temps d'attente Connex Ontario, en date du 3 février 2021. Type de service = soutien dans le domaine de la santé mentale du logement. Tel que fourni par l'ACSM Ontario

Bureau du coroner en chef de Ontario.

SOURCE Dépendance et Santé mentale Ontario

Pour plus d'informations: Jasmine Hermans à jhermans@enterprisecanada.com.

0 Commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse email n'apparaîtra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Passer au contenu